• PRESENTATION DU CABINET PROSPHERES: RESTITUTION DE L'I.R.M PIMKIE

    Rappelez vous, en octobre 2017, on annonçait à l’ensemble des salariés Pimkie un plan d’urgence se composant de 2 étapes :

    - Des groupes de travail de salariés

    - Un I.R.M de Pimkie (c'est-à-dire un état économique de l’entreprise).

     

    Le cabinet Prosphères rappelle que Pimkie international perd 45 millions d’€ cette année (à date).

    Les raisons pour le cabinet Prosphères : 

    - Nous ne sommes pas aligné à la demande de la cliente ;

    - Nous avons une méconnaissance de la réalité des chiffres.

    Le groupe Prosphères en appelle au « bon sens des équipes »…

    Objectif  du cabinet Prosphères : Redéfinir un modèle économique « socle » durablement rentable

    5 axes de travail :

    1/ La décote

    Etat des lieux 2016 – 1er semestre 2017 : en 2016, la décote fait perdre 150 millions d’€ HT à Pimkie dont 5 millions d’invendus ou de résiduels. Le nombre de semaine en décote équivaut à 72 semaines sur une année (52 semaines). En 2017, la perte esquivant à 170 millions d’euros H.T dont 17 millions d’€ d’invendus et de résiduels. 

    Vision du cabinet Prosphères : La décote démontre que Pimkie est malade et que son symptôme est cette décote (« Frénésie qui va à sa perte », « C’est le jugement de la cliente sur la collection »). 

    Analyse du cabinet Prosphères: 

    Cette décote est du à 3 raisons particulières :

    - Écrasement de prix (22.1 millions d’€) : C’est une mauvaise vision de la direction du prix de vente de départ.

    - Le C.R.M (carte de fidélité 17 millions d’€ + 3 millions d’€ pour sa promotion) 

    - Autres (4.6 millions d’€) : On ne sait pas à quoi cela correspond. Pour la CGT cela correspond au bug informatique nous imposant de faire des remises commerciales ou rabais sur des promotions non applicable sur caisse.

    Bref… C’est ce que les équipes magasins dénoncent depuis plusieurs années : les magasins sont une foret d’opérations commerciales ce qui rendent illisible l’offre

    2/ Frais

    2016, c’est une perte de 312 millions d’€

    Analyse du cabinet Prosphères :

    - Les frais centraux augmentent depuis 2011 (+ 12 millions d’€).

    - Le cout des navettes entre dépôts logistiques et fédéral est trop chère

    Réponse du cabinet Prosphères : Il faut réduire les frais centraux, c'est-à-dire les frais engendrés par le siège international (Fashion Factory), particulièrement le nombre de strates hiérarchiques trop important. 

    Bref… C’est l’annonce de suppressions d’emploi à la Fashion Factory (ex : hiérarchie et externalisation du Web). Quid des coût de navettes entre dépôts logistiques et fédéral… Un seul entrepôt..??

    3/ Marge en lien avec la cible « client Pimkie »

    Constats du cabinet Prosphères :

    - Plus on fait mode, plus on décote

    - Plus on fait chère, plus on décote

    - Seuls les articles VIP (basique avec un détail mode) font de la marge car ils sont peu décoteés (ex : chemisier large gamme)

    Analyse du cabinet Prosphères en lien avec le groupe de travail « quelle cliente Pimkie » : La cliente Pimkie est une suiveuse de la mode mais par toujours. Elle a moins de 25 ans, sans enfant, employé ou étudiante (peu de moyen financier), avec un budget mensuel d’achat de 120€ en prêt a porter. 80% des clientes Pimkie achètent pour s’habiller tous les jours. Ce qui l’attire chez Pimkie c’est le prix, le choix, le style. Elle recherche une large gamme à petit prix (basique, basique +, easy fashion mais par d’article image (très fashion)). La déco (Armada) ne fonctionne pas. 

    Bref… On change de cible et on oublie la cliente « cool chic – chic cool »… Retour en arrière… D’un autre coté, on reconnait que la déco Armada ne fonctionne pas sur le Web, alors que cette gestion de collection via les achats du Web qui a entraîné la délocalisation de la gestion du Web de Neuville en Allemagne… Cherchez l’erreur…

    4/ C.R.M : Cliente Cartée

    Etat des lieux du cabinet Prosphéres : Pimkie ne connait pas sa cliente et ne l’a met pas au cœur de son activité. Il y a 3.3 millions de cliente cartée en 2016 en Europe. Les très bonnes clientes et les VIP bénéficient des mêmes réductions que les clientes occasionnelles ou « moyennes », alors qu’elles achètent tous les 3 semaines en magasins ou sur le Web (37% du chiffre d’affaires). 

    Analyse du cabinet Prosphères : Il faut revoir notre système pour prendre soin en magasins des clientes VIP et très bonnes clientes et miser sur l’omnicanal (magasin et web) qui ne représente que 3% des achats, contre magasins (85%) et Web (1%). 

    Bref… Les magasins vont devoir donner encore plus de temps pour la cliente cartée…

    5/ Les magasins Pimkie

    Analyse du cabinet Prosphères : 

    Les magasins Français : Le parc est hétérogène en termes de taille, de qualité de l’emplacement et de concept. Les magasins qui ne rapportent pas sont soit sur un mauvais emplacement, soit avec un chiffre d’affaires au m² faible. Une réflexion de fermeture de 20 magasins par le groupe de travail est en cours. Bref… On parle de suppressions d’emplois

    Les partenaires étrangers : Il faut revoir le modèle car la cartographie ressemble à des confettis sauf sur les DOM-TOM, le Maroc et le Quatar. Bref... stratégie à revoir entièrement...

    Les affiliés : Ils sont à l’équilibre et sont trop récents pour en faire l’analyse a ce jour

    Le E-commerce : Avec une perte de 1 million d’€ en international (sauf en France) et le coût salarial à la fashion factory de 1 millions d’€, une réflexion d’externalisation du service Web par le groupe de travail est en cours. Bref… On parle de suppressions d’emplois...

    Mod’Affair : Le magasin est en perte de 500 000€ mais il est un gain par rapport au soldeur (4€37 la piéce au lieu de 1€ le soldeur). Réflexion de dupliquer les Mod’Affair. Bref… Apres les avoir fermer, on va les rouvrir…

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :